Situation, histoire, patrimoine

Partagez cette page :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Situation  géographique

A moins de 2 heures de Paris et à 40 minutes d’Orléans et de Bourges, la ville de Salbris est située en région Centre-Val de Loire, dans le département du Loir-et-Cher. 

En plein coeur de la Sologne Salbris est une ville typique de cette belle région de forêts et d’étangs, ce qui en fait une localité recherchée non seulement par des vacanciers mais aussi par des résidents en quête de nature et d’un retour aux sources. 

La ville est aussi extrêmement bien desservie puisqu’elle est située au croisement de  trois autoroutes : l’A71 (Paris-Clermont-Lyon), l’A20 (Limoges-Toulouse) et l’A85 (Tours, Nantes, Bordeaux). Elle bénéficie aussi d’une ligne de train directe vers Paris, et est reliée aux quatre plus grandes villes de la région (Tours, Orléans, Blois, Bourges). 

Histoire 

Salbris est aujourd’hui une petite ville mais cela ne fut pas toujours le cas. Le lieu est habité depuis l’époque gauloise ; son nom en est le témoin. Pendant tout l’Ancien Régime, Salbris ne fut qu’une modeste seigneurie, dépendant de la châtellenie de la Ferté-Imbault et de l’archiprêtre de Souesme pour ce qui est de la région. Le comté de Nançay au Sud-Est est également l’un des grands fiefs qui l’environnent.

Le bourg se réduit à quelques maisons et une auberge groupées autour de l’église (Dès 855, il est fait mention d’un prieuré à Salbris). En 1789, le village s’arrête à hauteur de La Poste actuelle, et la mairie, tout comme la chapelle, sont dans la campagne.

Essentiellement rural, le village va rapidement évoluer au XIXème siècle avec l’arrivée du chemin de fer, mais aussi du Second Empire qui fut pour beaucoup dans la régénération de la Sologne. La gare de Salbris date de 1847, ce qui en fait une des plus anciennes de France. La ligne Paris-Toulouse est vite une voie privilégiée de désenclavement dont bénéficie Salbris.

C’est alors que se développent les premières industries salbrisiennes : forges à Belleville, usines à briquettes et plus tard, l’entreprise Mussy, industrie liée au bois. Depuis les années 1840, la Sologne s’est boisée et de grands domaines se sont créés suite à l’ère napoléonienne. Avec les activités, le bourg s’étend au-delà de la gare : avenue de Belleville aux maisons cossues, quartier des Cousseaux qui abrite de nombreux ménages ouvriers. L’élan se poursuit jusqu’en 1860. Dans les années 1920, est créé l’Atelier de chargement de Michenon, le futur GIAT. La Cotonnerie se développe à Belleville, la famille Morin-Vignier fabrique les pains d’épices et les nonettes sous la marque Painsol qui exporte ses produits.

Par la suite, s’installent successivement,  le BRGM, MATRA, l’entreprise Ozanne qui se lance dans la fabrication de caravanes. Tout cela est favorisé par l’existence de la ligne SNCF, à laquelle plusieurs usines sont raccordées. La ville créé alors de nouveaux quartiers : Terre aux cailloux, La Chesnaie et  plus récemment, autour de la route de Pierrefitte. Des immeubles HLM sont élevés entre 1958 et 1970.

La disparition de MATRA, du GIAT et du BRGM sont des coups durs pour notre cité. Elle ne manque cependant pas d’atouts. Le chemin de fer (complété en 1900 par le Blanc-Argent), l’autoroute, les espaces, la nature… Paris n’est qu’à 1h30 de Salbris. Orléans, comme Bourges, sont à proximité. Collèges, installations sportives, verdure environnante… Salbris est un lieu où il fait bon vivre !

Claude Beaulande, mémoire vivante de la ville et président d’honneur de l’association d’histoire locale

Patrimoine 

Partez à la découverte du patrimoine de Salbris en suivant le parcours touristique et en répondant au quizz !

Sept panneaux vous attendent aux quatre coins du centre-ville : origines de Salbris, histoires de la Sauldre, l’église, la chapelle, mais aussi le patrimoine industriel de la ville avec le CRJS (Centre Régional Jeunesse et Sports).

Téléchargez le quizz et promenez-vous dans notre belle ville !

À la fin de votre parcours rendez-vous à l’Office de Tourisme pour récupérer un petit livret contenant les réponses (41 rue du Général Giraud).

Retour en Haut